Zoom sur le portail autoportant à monter soi-même

Modernes et esthétiques, les portails coulissants sont prisés aussi bien par les professionnels que par les particuliers. Ils se déclinent en deux modèles principaux à savoir : les portails coulissants sur rail et les portails autoportants. Ces derniers, relativement peu connus, ne nécessitent toutefois que peu de travaux pour leur installation. Vous pouvez donc les monter vous-même. Mais comment y parvenir ? Découvrez les réponses dans ce zoom sur le portail autoportant.

Qu’est-ce qu’un portail autoportant et comment fonctionne-t-il ?

Le portail autoportant était originellement réservé aux sorties d’usine où les rails pouvaient facilement être endommagés par le passage d’engins lourds. Ce type de portail est suspendu au-dessus du sol grâce à un train de galet solidement fixé dans un plot en béton. Le rail creux dont il est équipé lui permet de rouler littéralement sur les galets. L’ensemble du système est autoporté par un moteur crémaillère qui assure son déplacement.

portail autoportant

Quels sont les avantages du portail coulissant autoportant ?

L’utilisation des portails autoportants s’est démocratisée depuis quelques années chez les particuliers. Cela s’explique par ses multiples avantages.

L’esthétique

Si la beauté et l’esthétique sont des critères importants pour vous, alors vous serez ravis de ce portail. Très minimaliste, il n’a pas besoin d’une longrine en béton pour fonctionner, contrairement aux portails coulissants classiques. Son système autoportant rend le design uni et joli à voir.

S’il est vrai que certains modèles de portails autoportants portent des composants peu élégants à l’instar des contrepoids, il ne s’agit tout de même pas d’une tendance généralisée. De nombreux constructeurs de portail autoportant à l’instar de Portaleco mettent un point d’honneur sur l’esthétique de leurs produits et proposent des tabliers au design plus élégant. Ainsi, vous pouvez miser sur les portails autoportants motorisés modernes à deux vantaux, qui fonctionnent un peu comme les portes d’ascenseurs. Ces modèles sont esthétiquement aboutis en raison de l’absence sur leur structure d’un câblage apparent et de tout autre élément disgracieux. En effet, la motorisation, les lanternes clignotantes et les photocellules sont toutes câblées à l’intérieur des piliers.

Une solution économique

Puisque l’installation d’un portail autoportant ne nécessite que très peu de maçonnerie, les dépenses liées à la construction d’un socle sont réduites. Vous aurez seulement à monter deux plots en béton, ce qui vous permet de réaliser des économies conséquentes. Votre budget d’aménagement sera en fin de compte moins important que s’il s’agissait d’un portail coulissant classique.

Faible sensibilité aux intempéries

Contrairement au portail coulissant traditionnel qui peut dérailler sous l’effet du vent, les rails du portail autoportant sont solidaires du train de galet, ce qui rend impossible tout déraillement. De plus, en période de neige, il n’est pas rare que la neige empêche le déplacement normal d’un portail coulissant classique puisque les rails de ce dernier sont solidaires par rapport au sol. Avec un portail autoportant, vous ne risquez pas de faire face à ce genre de désagréments étant donné que la structure n’est pas en contact avec le sol.

Peu d’entretien

Puisque les portails autoportants sont dépourvus de rail au sol, il n’y a pas besoin de leur réserver un entretien particulier. Vous n’avez pas à vous soucier des cailloux ou des feuilles mortes qui ont tendance à s’incruster dans le système de roulage des portails coulissants classiques.

Polyvalent

Le portail autoportant est un choix de plus en plus apprécié en raison de sa polyvalence. Il peut en effet être installé sur une diversité de terrains qui présentent certaines contraintes. C’est notamment le cas des terrains en pente, accidentés ou trop compacts qui ne permettent pas la réalisation d’une fondation adéquate.

Les différents types de portails autoportants

En fonction des matériaux employés, de la couleur ou du nombre de vantaux, on distingue différents types de portails autoportants.

En fonction des matériaux

Pour des raisons évidentes de sécurité, les portails autoportants ne doivent pas être très lourds. De ce fait, les matériaux les plus utilisés pour leur conception sont plutôt légers. Il s’agit notamment du PVC, du composite et de l’aluminium. Ce dernier est le plus prisé compte tenu de son esthétique, de sa solidité, de son caractère inoxydable et de son faible besoin d’entretien. Ces qualités lui permettent de mettre en valeur votre résidence de façon optimale. Quant au PVC, il partage avec l’aluminium, certaines caractéristiques. En effet, il est également inoxydable et ne nécessite que très peu d’entretien. Par contre, son aspect plastique le rend moins design que l’aluminium.

En fonction des coloris

Les portails autoportants se déclinent en plusieurs coloris. Souvent unis, ils peuvent également être bicolores. Les coloris les plus proposés par les fabricants sont le rouge, le blanc, le noir, le gris anthracite…

portail traditionnel

En fonction du nombre de vantaux

On distingue en général les portails autoportants à un seul vantail ou à deux vantaux. Les premiers sont les plus répandus et sont dotés d’un moteur présent dans l’un des piliers. Les seconds par contre sont équipés de deux moteurs intégrés dans chacun des piliers, ce qui permet une ouverture plus rapide et un refoulement moins important. Ils sont donc plus pratiques si vous manquez d’espace dans votre jardin.

Comment installer un portail autoportant dans son jardin ?

L’un des points forts du portail autoportant, c’est que vous pouvez, si vous le souhaitez, l’installer vous-même. Pour ce faire, vous pouvez suivre les étapes ci-après.

Tout d’abord, vous devez prévoir un massif béton suffisamment robuste du côté de l’ouverture latérale de votre portail et un autre pour le côté de maintien. Pour les construire, il faudra vous servir du gabarit de pose fourni par le fabricant (et que vous avez préalablement monté). Une fois les massifs coulés, il faut fixer le pilier principal sur le premier massif et y installer le train de galet. Le serrage des écrous doit être fait après vérification du niveau de tous les éléments (verticalité du pilier, horizontalité du train de galet). Ensuite, il faut installer le portail sur le train de galet et régler le guide haut du vantail pour vérifier si l’ensemble tient correctement.

L’étape suivante est celle de la fixation du second pilier, celui de maintien, et la vérification de son niveau. Avant de serrer les écrous, il faut faire coulisser le portail vers le pilier de maintien pour s’assurer que l’alignement entre les deux poteaux est correct. Enfin viennent les derniers réglages et la connexion des câbles. Vous pouvez désormais profiter de votre portail autoportant à installation rapide.

En définitive, le portail autoportant est de plus en plus utilisé en raison de sa grande praticité. De plus, vous pouvez facilement le monter vous-même pour réaliser des économies. Pour cela, il vous suffit de suivre minutieusement les différentes étapes susmentionnées.

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *