Quelles sont les aides pour les travaux de rénovation énergétique ?

panneaux solaires design

Les travaux de rénovation énergétique sont indispensables pour respecter les différentes exigences légales dans ce domaine. Ces interventions vous permettent aussi de profiter de nombreux avantages non négligeables. Cela concerne la réduction de la consommation d’énergie, incluant une diminution des dépenses. Néanmoins, il est nécessaire d’avoir d’un budget conséquent pour engager des prestataires qualifiés. Il est d’ailleurs très important de s’assurer qu’ils puissent réaliser un travail impeccable et à la hauteur de vos attentes. Différents critères sont à prendre en considération pour déterminer les interventions à réaliser en priorité. De cette manière, il est plus facile de choisir le type d’aide approprié.

Déterminer les travaux de rénovation énergétique à réaliser

Le DPE ou Diagnostic de Performance Énergétique est obligatoire avant la réalisation de tous travaux de rénovation énergétique. Effectué par un professionnel, il vous permet de connaître les atouts et les points à améliorer de votre logement. L’expert vous indique les interventions à faire en priorité pour que vous puissiez profiter d’un confort optimal. Cela concerne l’isolation des combles et de la toiture. Il vous faudra aussi envisager une isolation des murs, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de votre logement. Le remplacement de la chaudière et des systèmes de ventilation entre également dans le cadre d’une rénovation énergétique. Il en va de même pour l’installation d’un double ou triple vitrage. Vos branchements électriques doivent aussi être refaits à neuf. Dans la mesure du possible, vous pouvez opter pour l’énergie renouvelable comme les panneaux photovoltaïques. Il vous recommande aussi les délais d’exécution maximums pour chacune d’entre elles. En contactant un prestataire spécialisé, vous obtenez un devis gratuit sur les coûts des travaux et tous les détails s’y afférant. Vous connaîtrez également les économies que vous réaliserez grâce à cet investissement.

Il n’est néanmoins pas simple pour chaque ménage de financer la réalisation d’un bouquet de travaux de rénovations énergétiques. Pour cette raison, il existe différents types de solutions de financement : le crédit affecté travaux, le prêt personnel (dans la limite de 75 000 €), le crédit immobilier (au-delà de 75 000 €), la trésorerie complémentaire octroyée dans le cadre d’un regroupement de crédits, ainsi que les aides suivantes qui viendront compléter l’emprunt.

jolis panneaux solaires

Les aides financières attribuées par l’État

Pour connaître toutes les aides auxquelles vous pouvez prétendre, adressez-vous aux autorités compétentes. Différents organismes sont en mesure de vous accompagner dans votre démarche et de vous conseiller.

MaPrimeRénov

Ce dispositif est en vigueur depuis le 1er janvier 2020. Il consiste à remplacer, le CITE, ou Crédit d’impôt pour la transition énergétique. Subventionnée par l’Anah, cette aide de l’État est attribuée aux personnes remplissant toutes les conditions d’obtention. En effet, elle s’adresse uniquement aux propriétaires occupants ayant des revenus modestes. Cependant, ces conditions seront élargies aux propriétaires bailleurs et à tous les ménages sans exception lorsque le CITE ne sera plus en vigueur.

Réduction d’impôt Denormandie

Ce dispositif s’adresse aux particuliers investissant dans des logements à rénover. À savoir que cette aide ne s’applique que dans certains quartiers définis par le programme Action cœur de ville. Si vous êtes éligibles, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt sur le revenu grâce aux travaux de rénovation énergétique réalisés. Le taux obtenu correspond au minimum à 25 % du prix d’achat du bien immobilier.

TVA à 5,5 % dédiée aux travaux d’amélioration énergétique

Quand vous rénovez votre appartement ou votre maison, renseignez-vous sur les travaux permettant de profiter de cette aide. Elle s’adresse aux propriétaires occupants, aux syndicats de propriétaires ainsi qu’aux propriétaires bailleurs. Les occupants à titre gratuit et les locataires peuvent également en bénéficier. Ce dispositif est aussi destiné aux sociétés civiles immobilières. Pour l’obtenir, vous devez justifier la fin des constructions deux ans avant la date de demande de l’aide. À noter que le logement peut être occupé comme résidence secondaire ou résidence principale.

Habiter mieux sérénité, l’aide proposée par l’Anah

Cette aide est subventionnée par l’Agence nationale de l’habitat ou l’Anah. Elle vous permet de financer différents travaux de rénovation de votre logement. Variant entre 1 600 € et 2 000 €, le montant que vous percevez dépend de vos ressources. Il faut d’ailleurs remplir les conditions d’octroi. Le demandeur doit être propriétaire bailleur, propriétaire occupant ou représenté le syndicat de copropriétaires. À savoir aussi que cette aide concerne exclusivement les logements individuels. Ils doivent être occupés comme résidence principale depuis au moins 15 ans. Le logement doit également se trouver dans un des départements ayant signé un CLE ou contrat local d’engagement contre la précarité énergétique. Il est également important de souligner que cette subvention n’est pas cumulable avec d’autres aides de l’État. Si tel est le cas, vous devez attendre cinq ans après l’octroi du financement que vous avez déjà obtenu.

Le Coup de pouce économies d’énergie

Mis en place depuis 2019, ce dispositif est disponible jusqu’au 31 décembre 2021. Il est destiné aux ménages ayant une situation précaire sur le plan énergétique. Ces derniers auront ainsi la possibilité d’obtenir une aide plus importante pour effectuer des rénovations énergétiques. Le calcul du montant des primes se base sur les ressources de chaque ménage. Les bénéficiaires peuvent choisir entre une rénovation du système de chauffage ou celui de l’isolation. Il faut savoir que ce financement est cumulable avec MaPrimeRenov et l’Eco-prêt à taux zéro.

L’Eco-prêt à taux zéro

Disponible jusqu’en décembre 2021, ce dispositif vous permet de souscrire un prêt sans intérêt auprès d’un établissement bancaire. Vous pouvez en faire la demande si vous êtes propriétaires occupants ou propriétaires bailleurs. Le dispositif s’adresse aussi aux copropriétaires. En ce qui concerne le logement, il doit être utilisé comme résidence principale. Sa construction doit être achevée avant le 1er janvier 1990. Un seul éco-PTZ est accordé à chaque foyer, sauf si vous optez pour la version complémentaire. Dans ce cas, le montant total de votre emprunt ne doit pas excéder les 30 000 €.

Abonnez-vous à notre newsletter gratuite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *